Comment bien réaliser son business plan de startup ?

La rédaction d’un bon business plan est impérative lorsque vous souhaitez effectuer une levée de fonds pour lancer votre affaire. Bien qu’avoir une idée ne suffit pas, il est important de le développer afin d’en convaincre les autres.

En quoi consiste le business plan ?

Le business plan est le document qui va permettre d’expliquer en détail votre projet visant à créer votre startup ou votre entreprise. Il contient toutes les informations concernant vos objectifs financiers, stratégiques et commerciaux. Ce sont des points à prévoir pour au moins les 3 ans qui vont venir.

Un plan d’affaires de 3 ans peut paraître assez long. Néanmoins, c’est nécessaire pour tous les entrepreneurs qui se lancent dans la création de leur propre entreprise. Bien que la chance d’y être fidèle soit possible, il est quand même nécessaire de l’entreprendre. C’est un premier visuel qui confirmer la faisabilité et la rentabilité de votre activité.

Le business plan vous sert de repère à vous et à vos collaborateurs. Il peut vous servir de temps à autre pour faire le point en équipe. Par exemple, vous pouvez l’utiliser pour comparer vos prévisions avec le résultat réel.

Toutefois, le business plan consiste aussi à convaincre les partenaires et investisseurs. Avant d’investir dans votre affaire, tous les investisseurs et les financeurs vont vous demander de leur envoyer votre business plan. Il doit alors mettre en avant la crédibilité du projet et l’opportunité commerciale qui s’offre à eux. Lorsque la solidité financière de votre projet est fiable et convaincante, vous pouvez avoir la certitude d’obtenir un financement venant des investisseurs de votre choix.

Il est impératif que le potentiel de ROI ou retour sur investissement soit clairement détaillé dans le business plan. À travers votre plan d’affaires, vous devez pouvoir expliquer que la rentabilité de votre projet est élevée. Qu’il l’est assez pour compenser les risques encourus par les investisseurs en investissant pour votre startup !

En quoi consiste le business plan ?

Que doit contenir le business plan ?

Le contenu d’un business plan n’est pas exhaustif. Il se présente en fonction du projet à concevoir. Traditionnellement, il comprend deux volets. Il y a la partie rédactionnelle qui revêt un caractère entièrement qualitatif et celle consacrée aux finances.

La première partie

La première partie du business plan doit contenir l’executive summary. Paradoxalement, il est placé à la fin, mais dans le cas d’un plan d’affaires, il est placé en première page. Il comporte l’accroche de votre business plan. Sa longueur ne doit pas dépasser 2 pages. Son but est de donner l’envie aux investisseurs de découvrir la suite de votre présentation et de vous accompagner dans votre aventure.

Le premier volet de votre business plan doit répondre à plusieurs questions. Notamment celle qui consiste à définir le type de marché sur lequel vous souhaitez vous lancer. Il doit également mettre en exergue l’attente de vos clients. La connaissance de celui-ci va permettre d’adhérer au projet que vous désirez mener à terme. En effet, une idée qui ne répond ni à un besoin inconscient ni à un besoin réel risque mal de convaincre les investisseurs. La possibilité de son aboutissement et faible. Il en va de même pour son développement sur ses 3 premières années de vie.

Dedans, vous avez aussi à préciser vos objectifs et les avantages que procurent le lancement et la concrétisation de votre idée. Généralement, ce sont des points qui sont abordés dans le business model qui est un contenu du business plan.

La première partie doit également contenir le résultat de l’analyse de marché que vous avez antérieurement effectué. Il détaille alors vos concurrents (leur force et leur faiblesse) et l’environnement dans lequel va se baigner votre jeune entreprise. Cette dernière inclut les fournisseurs et leurs pouvoirs, les produits de substitution, les clients et leurs pouvoirs.

Sans oublier les ressources humaines nécessaires et celles qui sont à votre disposition. La dimension juridique du projet doit aussi être évoquée dans votre plan d’affaires. C’est-à-dire qu’il faut mentionner la répartition de capital, le type de structure choisi, les représentants légaux…

La seconde partie

Cette dernière partie est principalement réservée aux chiffres clés du projet. Vous y abordez entre autres le compte de résultat prévisionnel de la startup. C’est une démarche qui va mettre en avant les revenus générés par l’activité de l’entreprise et les charges qui ont pesé durant un exercice comptable. La différence entre ces deux points donne le résultat de l’exercice sur une période déterminée. Cela peut être une perte ou un bénéfice.

Le volet abordant le côté financier du business plan doit aussi présenter le bilan prévisionnel de l’activité à mettre en marche. Il présente d’un côté l’actif de l’entreprise. Celui-ci se compose des créances, des stocks, de l’immobilisation et des disponibilités de l’établissement. De l’autre, il expose le passif de l’entreprise qui englobe les dettes sociales et fiscales, le capital social, les dettes des fournisseurs et celles d’ordre financier, les provisions… Le bilan prévisionnel est un représentatif du patrimoine de l’entreprise.

Elle peut aussi contenir votre budget de trésorerie qui est l’ensemble de vos recettes et dépenses. Les termes encaissements et décaissements sont souvent employés dans ce genre de cas.

La conception d’un business plan efficace pour une startup

Il y a trois grands points à aborder dans la conception d’un business plan pour que celui-ci soit complet. Il y a le plan d’action qui comprend les objectifs de la startup traduite en chiffre et les facteurs clés qui mènent vers le succès.

Il y a aussi l’investissement et tous les moyens nécessaires pour mener à bien le projet. Sans oublier la production (ressources humaines, coût et site de production). En passant par la stratégie de marketing et communication visant à faire connaitre le produit et/ou service. Les objectifs commerciaux et le plan de développement à l’échelle mondiale doivent aussi faire partie du plan.

Pour les prévisions financières, il faut évaluer l’estimation de revenu, des charges et le point mort. C’est-à-dire l’instant précis où l’activité sera à son summum. La partie réservée aux finances n’est pas complète sans le bilan prévisionnel, le plan de trésorerie et le plan de financement (part en capitaux propres, fonds de financement, aides…).

En tout dernier, il faut présenter les opportunités d’investissements qui s’offrent à vous. C’est une étape où sont abordés les capitaux nécessaires pour la réussite du projet. Il décrit également les risques auxquels il faut faire face et les forces en possession de votre équipe.

Mes conseils et envies :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici